Road trip à Ottawa

Tranquillement, la saison de la slush tire à sa fin.  En fait, il ne reste que quelques semaines de boue puis devrait arriver le printemps que j’aime, celui avec des feuilles et des fleurs aux douces couleurs.  Les derniers mois, j’ai eu le temps de réaliser mes idées sur comment bouger de façon satisfaisante en famille quand l’extérieur n’est pas une option.  J’ai même eu le temps d’avoir de quelques nouvelles idées d’activités intérieures et de les réaliser, comme celle d’aller peindre des bibelots avec ma grande au Café Croquis (yé, j’aurai un joli nain de jardin cet été pour mes plates-bandes).  Pour Pâques, cette longue fin de semaine de 4 jours, j’ai concocté pour ma petite famille un road trip de deux jours à Ottawa.  Le but visé : aller (re)visiter le musée des Enfants et découvrir celui de la Nature.  Voici un petit aperçu de notre weekend hors routine.

Le Musée des enfants

Ce musée est situé dans le magnifique musée canadien de l’Histoire, autrefois appelé musée de la Civilisation (image à la une ci-haut).  Votre entrée, en plus du musée des enfants, vous donnera d’ailleurs droit aux différentes expositions sur l’histoire du Canada dont une intéressante sur les amérindiens et également une autre  sur le hockey (pour se consoler de la défaite des Canadiens 😉 )

MOD_5091
Des totems amérindiens

J’avais beaucoup aimé le musée des enfants lors de ma première visite et ma fille d’alors un an et demie l’avait beaucoup apprécié aussi.  Des heures de plaisir à passer d’une station à l’autre pour s’amuser à faire comme les grands en cuisinant, en passant la vadrouille sur le plancher du bateau et en peignant les murs telle une peintre professionnelle.  C’était donc clair pour nous que notre halte à Ottawa devait inclure de nouveau ce musée avec nos enfants de maintenant 3 ans et demie et 6 ans.  Et croyez-moi, ils y ont eu autant de plaisir que ma petite en avait eu cinq ans auparavant.  En fait, je crois que tout enfant de 1 à 10 voir 12 ans peut y trouver facilement son compte.

MOD_5105
Une petite pizza cuite au four à bois?
IMG_5281
Passeports estampés, dessin d’une future architecte, roulette de codes secrets et fleur d’origami.

En effet, le musée ne permet pas seulement de jouer à exercer différents métiers, il permet aussi de découvrir plusieurs pays, leurs maisons, leurs habits traditionnels et un peu de leur culture.  C’est ainsi que nous avons pu écrire le nom de nos enfants en hiéroglyphes (vous pouvez lire celui de ma fille?), apprendre la signification de signes du Ghana, faire des fleurs en origami dans une maison japonaise, regarder un spectacle indonésien de théâtre d’ombre, visiter une pyramide et conduire un autobus du Pakistan (et j’en passe plusieurs).

MOD_5114
M-e-g-…

D’ailleurs pour encore plus d’information, je vous suggère d’aller jeter un coup d’oeil au blogue d’Ève qui y a consacré un article très complet et généreux en photos.

L’hôtel

Nous aurions bien aimé dormir aux résidences de l’Université d’Ottawa mais malheureusement tout était complet puisque nous nous étions organisé plutôt à la dernière minute.  Nous avons donc rabattu notre choix sur le Best Western de Gatineau.  Un choix plutôt dispendieux (autour de 140$ la nuit + taxes + stationnement payant à 15$…) mais très bien situé, à un coin de rue du musée des enfants (un stationnement de moins à payer!), du St-Hubert où nous sommes allés souper (parfait pour l’allergie aux arachides de ma fille) et du joli parc de la Jacques-Cartier où nous sommes allés marcher le lendemain matin (après une petite baignade dans la confortable piscine à 90°F de l’hôtel).

MOD_5151
Au parc de la Jacques-Cartier, une belle promenade sur le bord de la rivière des Outaouais

Le Musée de la nature

Ce deuxième musée ciblé était aussi impressionnant par son architecture que le premier (d’ailleurs quelles belles villes qu’Ottawa-Gatineau).

MOD_5166
Tous les détails architecturaux extérieurs étaient en lien avec les animaux, superbe!

Je redoutais un peu la réaction de mes enfants face à ce musée où ils ne pouvaient pas nécessairement tout toucher et où l’intérêt résidait surtout dans le fait d’apprendre de nouvelles choses.  Mes craintes se sont toutefois estompées au fil des différentes expositions.  Il y a tellement de trucs impressionnants à regarder.  J’ai vraiment adoré la galerie des fossiles où les squelettes en sont des vrais de vrai pour la majorité (plutôt que des moulages).  Il y a même des reproductions de Tyranosaure Rex et de Triceratops qui ont bien impressionné mon fils de 3 ans.

MOD_5182
Attention, tricératops droit devant!
MOD_5169
Une créature des mers.
MOD_5172
Reproductions de Tyranosaure Rex…
MOD_5179
… et d’un bébé Tricératops

La galerie de l’eau a aussi été appréciée de toute la famille.  Ma fille a été impressionnée d’apprendre que le squelette de baleine était celui d’une fille de 6 ans, tout comme elle, même si elle avait à peu près 18 mètres de plus grande!

MOD_5195
Dans le ventre de la baleine

Cette exposition a aussi l’avantage de présenter quelques petits coins « jeux » qui rappellent le musée des enfants : un sous-marin à diriger, un bateau où cuisiner, dormir, et explorer.  Une petite pause où les enfants peuvent alors toucher à tout!

MOD_5193
À l’intérieur du sous-marin.

Il y a aussi Nature Vivante, une exposition sur les insectes, et la galerie des mammifères puis celle des oiseaux mais la préférée de ma fille a été celle de la Terre où elle a pu admirer plusieurs roches précieuses aux couleurs variées et même des météorites.  Pour une petite fille qui aime collectionner les roches, c’était de loin la collection la plus impressionnantes qu’elle avait vue.

MOD_5208
Des caribous (empaillés, bien sûr!)
MOD_5202
Jolis papillons
MOD_5196
Roches phosphorescentes

Ce fut donc une belle fin de semaine de découverte!  Gatineau-Ottawa, vous m’avez donné le goût de revenir vous voir.  Peut-être une autre année en mai pour le festival des tulipes?  Ou alors à l’été pour arrêter au parc aquatique Calypso qui se situe directement sur le chemin du retour (ou de l’aller, c’est selon) et qui, paraît-il, est bien adapté pour les tout-petits?  En tout cas j’aimerais bien aussi découvrir le musée des sciences, actuellement fermé pour rénovation mais qui devrait rouvrir ces portes cet automne.  Et puis, tant qu’à découvrir d’autres villes, pourquoi ne pas se rendre à New York qui est déjà en fleurs à la mi-avril et possède un musée de la nature qui serait encore plus impressionnant que celui d’Ottawa?  Les idées de road trip ne manquent pas ici!

P.S. Pour économiser un peu (et parce qu’à 50$ le musée pour l’entrée familiale, ça monte vite!), je vous recommande les jeudis soirs, où ces musées sont gratuits de 17h à 20h! Bonnes visites!

La saison de la slush

Et je déclare officiellement lancée pour la relâche la saison de la slush!  Avec les 13 et 15 degrés qui s’en viennent pour les prochains jours dans la région, on peut dire adieu à notre belle neige de la semaine passée et bonjour à l’heureux mélange de glace, slush, gadoue et compagnie.  Je l’avoue, le début du printemps, c’est la saison que j’accueille avec le moins d’entrain.  Terminés les sorties en ski de fond et le patinage extérieur.  Encore loin le temps de la randonnée dans des sentiers secs et le vélo dans des rues exemptes du gravier accumulé durant l’hiver.  La saison de la slush est pour moi une saison d’attente, de plan B.  Le moment en fait de ressortir mes idées pour comment bouger de façon satisfaisante en famille en temps bouetteux.  J’ai d’ailleurs déjà essayé de ma liste le Complexe familial coopératif qui se révèle un beau concept pour amuser la marmaille mais personnellement je préfère les activités plus sportives où je réussis mieux à y trouver mon compte.  Quelqu’un m’a d’ailleurs suggéré les quilles.  D’accord, cette activité ne travaille pas le cardio mais cela travaille tout de même la coordination et les lancers et je suis pas mal certaine que j’y aurais bien du plaisir avec ma marmaille (ajout ici sur ma liste mentale d’activités à essayer ce printemps).  Et tant qu’à lister les plaisirs possibles au printemps, en voici quelques autres qui me font presque voir cette saison avec des lunettes roses!

  • Quel heureux événement nous attend dans 2 semaines, en plein début de saison de slush?  Le changement d’heure!  Hé oui, on pourra avancer nos horloges d’une heure, ce qui amènera le soleil à se coucher autour de…  (bruit de tambour!) 19h!  Pourquoi pas de petites marches ensoleillées après le travail avec les enfants (si je réussis à en faire des adeptes, peut-être qu’avec leurs vélos j’aurai une chance!) ou sinon avec une bonne amie?  Juste d’y penser, je ressens déjà le baume du soleil sur mon coeur!  Et puis le temps doux nous inspirera peut-être à débuter hâtivement la saison des pique-niques…  ou des 5 à 7 au rosé sur la terrasse!
  • Le printemps rime aussi avec… sirop d’érable!  Pour la deuxième fois cette année, nous entaillerons certainement notre bel érable.  Nous avions réussi à récolter un peu d’eau sucrée l’an passé mais j’avais complètement raté la production de sirop.  J’espère bien me rattraper cette année pour ma première cuvée! Et puis si vous souhaitez prolonger la saison de la tire d’érable, le moment est actuellement bien choisi pour vous congeler quelques plats de neige.  Sourires des enfants garantis quand vous leur proposerez une petite tire sur neige dans quelques semaines… ou quelques mois!  Quelque part autour du rush de sucre apporté par le chocolat de Pâques!
  • Le printemps, c’est aussi la meilleure saison à mon avis pour le spa!  On n’a pas l’impression de perdre une belle journée où on pourrait être en train de bouger dehors (pas grand chose à faire dans la slush), mais on profite tout de même du temps doux et du soleil.  Je ne devrais pas avoir trop de difficulté à y traîner mon amoureux quelque part en mars ou en avril.  Nouveau Strom spa de Sherbrooke, nous voilà!
  • J’ai aussi dans ma mire le Festival du cinéma du monde de Sherbrooke qui aura lieu du 4 au 9 avril.  J’ai hâte de voir en mars la programmation qui nous attend et cibler ce qui m’y fait envie.  Je n’ai pas encore eu la chance d’y aller mais cela fait déjà quelques années que je m’y promets d’aller y faire un tour…
  • Et puis enfin, je me dis que le printemps est la saison idéale pour planifier les menus travaux de l’été.  Genre la construction de mes boîtes à jardin et à fleurs, la planification des légumes à y faire pousser (referai-je des semis cette année?)

C’est bon, je me suis auto-convaincue.  Le printemps est unique, comme les autres saisons.  Ne suffit que d’un peu plus d’efforts pour y voir les bons côtés!  Et vous, comment ensoleillerez-vous votre printemps?

L’éphémère hiver estrien

Bon je dis estrien mais je crois que bon nombre de montréalais et autres habitants du Sud du Québec s’y reconnaîtront bien.  La photo en est d’ailleurs une de Granby (merci Christine!) datant du 23 janvier 17 (et disons que ça ressemble drôlement à Sherbrooke!).  Permettez-moi une phrase de bon chialage québécois : « Maudit que l’hiver est poche par icitte! »  Voilà, c’est dit!

Une des choses que j’aime au Québec, c’est bien nos 4 belles saisons.  Chaque saison a sa couleur différente et nous amène différentes possibilités d’activités, si bien que je ressens toujours l’urgence de profiter de la saison qui passera si vite.  Sauf qu’avec l’hiver, je vis bien des déceptions.  J’ai hâte à l’hiver.  Hâte de faire du ski de fond, du patin, de la raquette.  Depuis 8 ans que je suis en Estrie, j’ai appris à profiter de la neige dès qu’elle est présente.  Wow, surprise, de la neige en décembre?  On en profite pour découvrir la base de plein air André Nadeau et permettre à notre grande de faire ses premiers pas en ski de fond.  Peu de neige mais du froid : on va patiner!  Bref, j’essaie de m’adapter à Dame Nature et ses caprices.  Mais quand le gazon est plus visible que la neige et que la pluie se met de la partie, je l’avoue, je déprime.  Déjà que cette saison des microbes nous a poussé plus d’une fois à repousser des activités de plein air…

Bref, je me suis résolue à me bâtir un plan B s’intitulant : « Comment bouger de façon satisfaisante en famille quand l’hiver se transforme en printemps bouetteux en plein janvier ».  Voici donc mes munitions sherbrookoises contre ma déception hivernale :

  • Aller patiner à l’aréna.  Ce qui a de merveilleux à Sherbrooke, c’est que c’est partout gratuit de patiner.  Les patinoires intérieures nous auront souvent permis de profiter de ce sport d’hiver avant que la saison arrivent officiellement.  Étant ouvertes dès la mi-septembre, et offrant une zone centrale réservée à l’apprentissage avec supports disponibles, pas de raison de se priver de cet agréable sport.  Et avec la nouvelle patinoire réfrigérée Bleu Blanc Bouge, on devrait pouvoir en faire souvent à l’extérieur malgré les aléas de la température.  Pour plus d’infos sur les différentes patinoires, leurs conditions et heures d’ouverture, c’est ici.
  • Aller découvrir le Complexe Familial Coopératif : S’il y a un endroit intérieur que j’ai bien hâte de découvrir avec ma petite famille, c’est bien celui-ci.  Jeu gonflable, glissade sur coussin d’air, escalade et plein d’autres jeux de plus petite envergure doublé d’un bon café de qualité, que demander de mieux?  Pour les 0-8 ans, ça semble l’endroit idéal pour une belle activité intérieure.  On y donnait même des cours parent-enfant de yoga à l’automne, lors de son ouverture.
  • Aller faire de l’escalade en famille : Même pas besoin d’être un expert pour y aller avec ses enfants.  Le Vertige offre un forfait qui permet à un ou des parents d’assurer ses enfants avec un grigri et la supervision d’un moniteur.  J’y suis allée avec ma fille de 6 ans cet automne et elle a adoré.  Je compte bien y retourner avec mon conjoint et nos 2 enfants histoire de permettre à mon fils de 3 ans d’essayer cette activité.  Hé oui, dès 3 ans, les enfants présentent de belles capacités pour grimper, l’apprentissage de la descente est souvent ce qui demande un peu plus de temps mais une fois que c’est acquis, les enfants adorent voler comme Spiderman au bout de leur corde!  Si vous assurez vous-même vos enfants avec votre équipement, cela ne vous coûtera que 11$ pour l’entrée ainsi que la location du harnais pour votre enfant, votre entrée étant gratuite lorsque vous ne faites qu’assurer.
  • Aller à la piscine et en profiter pour faire quelques longueurs ou du surplace dans le profond.  Personnellement, j’aime beaucoup la piscine Montcalm pour sa barboteuse de 60 cm de profondeur tout à côté d’une piscine plus profonde.  Les tout-petits et ceux qui apprennent à nager se sent souvent plus en confiance de pouvoir déposer leurs petits pieds au fond.  La piscine de l’Université de Sherbrooke, avec son fond qui remonte à 80 cm lors des bains libres familiaux peut aussi être intéressante, elle est seulement un peu plus loin de chez moi.  Et pour travailler le cardio des parents, on met une aide flottante au petit et on l’amène dans le profond pendant qu’on fait du surplace à ses côtés ou de la nage en le poussant.  Ou pendant qu’on les laisse au bons soins de leur papa dans la barboteuse!
  • Aller marcher.  Quand la neige n’est plus vraiment de la partie mais que les sentiers en forêt sont trop glacés ou boueux, quelles sont les options?  Aller marcher sur de l’asphalte ou des trottoirs de bois!  Dans mes options plus agréables que de marcher dans les rues de notre quartier : le marais de la rivière St-François – de la nature en pleine ville, le tour du lac des Nations – avec ses 2 parcs de jeux situées à chaque bout de sa boucle de 3 km, ainsi que la chasse aux lutins et autres détails à trouver sur 7 des 14 belles murales de Sherbrooke.
  • Mais ma meilleure solution : aller là où est la neige.  Que je suis contente d’être aller en Beauce visiter ma famille en janvier.  On a enfin pu participer à un carnaval digne de ce nom et même rencontrer « Bonhomme »!  J’ai aussi bien hâte d’aller au Saguenay à la relâche visiter des amis.  Neige et plaisirs d’hiver garantis!  Et Québec au mois de mars?  S’il y a encore de la neige, on sera des plus heureux (peut-être pas les gens de Québec mais nous, si! 😉 ).  Bref, se planifier des fins de semaine ailleurs au Québec en consultant météomédia pour les quantités de neige au sol.   Et pourquoi pas des vacances en Gaspésie en plein hiver?

Gare à toi hiver éphémère, je réussirai à m’amuser cet hiver même si tu ne me laisses pas la chance de réaliser toutes mes sorties préférées d’hiver en Estrie (les gratuites et les pas chères!)