Randonnée pédestre en Estrie : mon nouveau coup de coeur pour la famille!

On commence ici à avoir une belle banque de montagnes estriennes à gravir en famille. Mes critères pour faire partir de la banque?  Une distance d’environ 5-6 km et un beau point de vue au sommet.  Sur ma liste, il y a déjà :

  • Le mont Pinacle, sur lequel j’ai entraîné quelques familles amies sous la pluie en fin de semaine et où est née la légende de la limace et la grimace (Francis pourra vous raconter ça un jour 😉 )  Je parlais déja de cette belle montagne ici, qui se combine d’ailleurs bien avec un après-midi à la plage si le soleil est au rendez-vous.
  • Le mont Ham, dont je ne vous ai surprenamment pas encore parlé.  Je vous y suggère vivement le sentier « Panoramique », qui vous fera marcher longtemps sur le large sommet dénudé.  Quel plaisir de s’y promener sur les roches avec cette vue à 360°, on s’y croirait sur un sommet des montagnes blanches du New Hampshire mais avec des champs et des forêts à perte de vue autour.  Attention les sentiers deviennent rapidement glissants en temps humide et quelques sections sont plutôt escarpées.  J’aimerais bien un jour y camper au sommet en famille pour y observer les étoiles filantes!
  • Le mont Giroux, le petit frère siamois d’Orford, un peu moins haut que son grand frère mais beaucoup plus tranquille et avec une vue superbe en automne sur les rouges érables de l’Estrie.  Pour le monter, on se rend en bas de la montagne de ski Orford et on monte par la « 4 km » (piste large en terre) en bifurquant à gauche au Y.

Et depuis la fin de semaine passée, j’y ajoute le Pain de Sucre, une belle petite montagne du parc du mont Mégantic (secteur Franceville), mon préféré de la SÉPAQ en Estrie.  On l’a découvert avec les enfants et mamie il y a une semaine.  La promenade du ruisseau est magnifique pour débuter.  Vous traversez ensuite une passerelle et arrivés au Y (la boucle qui parcourt le sommet en fait), je vous conseille de prendre la gauche pour monter par la partie la plus escarpée.

MOD_5877

Ici, un peu de surveillance est de mise avec les plus petits puisque le sentier monte parfois en zig zag sur des parois rocheuses inclinées (comme sur la photo ci-dessus).  À un moment, l’inclinaison s’inverse et un découvre un impressionnant abri sous roche (ci-bas).  Je vous suggère le dîner ou la pause collation au Vertige des escarpements, qui offre une très belle vue sur la vallée et les plus hautes montagnes du parc (photo à la une).  Encore une montagne qui s’ajoute à notre liste d’incontournables à gravir chaque été.

MOD_5888

Avez-vous d’autres coup de coeur de rando familiale à me faire découvrir au Québec?

Publicités

Le parc du Mont Mégantic

Des 3 parcs de la SÉPAQ présents en Estrie, celui du Mont Mégantic est mon favori. D’abord, étant plus éloigné de la métropole, il est définitivement le plus tranquille, c’est donc plus réaliste de s’y retrouver seul avec la nature.  Il est aussi le plus montagneux dans le parc comme alentour (belle vue sur les montagnes des USA) et par conséquent aussi le plus enneigé même quand l’hiver fait des siennes.  Enfin, il y a eu plusieurs nouveaux sentiers qui s’y sont développés dans les dernières années, ce qui comble bien mon goût de la découverte.

MOD_4776

Mon histoire d’amour a commencé avec le Mont St-Joseph.  Une montée abrupte pour un panorama grandiose.  Il y a même une petite chapelle en haut.  Si un jour je me marie, je voudrais que ce soit sur ce sommet, entourée de montagnes (aucune idée par contre si c’est possible!).  Il y a aussi un petit refuge pour 2 personnes tout en haut du mont, parfait pour un weekend en amoureux (j’aimerais bien le louer un jour!).  Pour faire une bonne journée de randonnée (un peu plus de 10 km), on peut continuer sur la crête jusqu’au mont Victoria puis redescendre par la vallée ou alors redescendre par le col pour remonter vers le mont Mégantic cette fois.  Et à part la raquette et la randonnée pédestre, il y a aussi la possibilité de faire du ski de fond, du ski nordique, du vélo « standart » et même du fatbike!

Mais ce parc, c’est davantage que du plein air.  C’est aussi la première réserve internationale de ciel étoilé.  L’éloignement du parc des grands centres ainsi que l’effort des villages alentour pour diminuer la pollution lumineuse en fait un lieu de choix pour observer les étoiles.  Plusieurs activités nous permettent d’en profiter.  Il y a quelques hivers, après une belle randonnée de raquettes aux flambeaux, nous avions eu droit à une soirée d’astronomie à l’Astrolab avec d’intéressantes présentations.  Vous pouvez aussi découvrir par vous-même les 2 expositions de l’Astrolab beau temps, mauvais temps.  L’activité à laquelle j’aimerais vraiment participer, ce sont les nuits des Perséïdes. Comment espérer un meilleur endroit pour observer les étoiles filantes et en apprendre sur elles?

MOD_4770

Mon secteur chouchou des dernières années, ouvert depuis 2011, est le secteur de Franceville.  Plus près de Sherbrooke (seulement 45 minutes de route!) et moins escarpé, il n’en offre pas moins de superbes vues.  Le sentier des Cimes, d’un dénivelé d’un peu moins de 400 m mais d’une bonne longueur, parcourt une crête qui offre d’impressionnants points de vue sur les plus imposantes montagnes du parc.  La promenade du ruisseau, longue d’environ un kilomètre, est parfaite pour les petites familles.  C’est d’ailleurs cette randonnée que nous avons choisi de faire le weekend dernier, afin de profiter de la neige qui s’attarde encore dans ce secteur alors qu’elle a pratiquement désertée la ville.  Le ruisseau en cours de dégel nous a d’ailleurs impressionné par sa teinte émeraude.  Je viens aussi tout juste de me rendre compte de la présence d’un nouveau sentier, celui du Pain de Sucre, une belle petite montagne qui offre une randonnée d’environ 6 kilomètres de longueur et de 200 mètres de dénivelé, parfait pour les capacités des petites jambes de mes enfants.  J’ai bien l’intention de le découvrir cet été!

Que de projets encore à venir dans ce parc qui n’a pas fini de m’émerveiller!

 

 

 

La saison de la slush

Et je déclare officiellement lancée pour la relâche la saison de la slush!  Avec les 13 et 15 degrés qui s’en viennent pour les prochains jours dans la région, on peut dire adieu à notre belle neige de la semaine passée et bonjour à l’heureux mélange de glace, slush, gadoue et compagnie.  Je l’avoue, le début du printemps, c’est la saison que j’accueille avec le moins d’entrain.  Terminés les sorties en ski de fond et le patinage extérieur.  Encore loin le temps de la randonnée dans des sentiers secs et le vélo dans des rues exemptes du gravier accumulé durant l’hiver.  La saison de la slush est pour moi une saison d’attente, de plan B.  Le moment en fait de ressortir mes idées pour comment bouger de façon satisfaisante en famille en temps bouetteux.  J’ai d’ailleurs déjà essayé de ma liste le Complexe familial coopératif qui se révèle un beau concept pour amuser la marmaille mais personnellement je préfère les activités plus sportives où je réussis mieux à y trouver mon compte.  Quelqu’un m’a d’ailleurs suggéré les quilles.  D’accord, cette activité ne travaille pas le cardio mais cela travaille tout de même la coordination et les lancers et je suis pas mal certaine que j’y aurais bien du plaisir avec ma marmaille (ajout ici sur ma liste mentale d’activités à essayer ce printemps).  Et tant qu’à lister les plaisirs possibles au printemps, en voici quelques autres qui me font presque voir cette saison avec des lunettes roses!

  • Quel heureux événement nous attend dans 2 semaines, en plein début de saison de slush?  Le changement d’heure!  Hé oui, on pourra avancer nos horloges d’une heure, ce qui amènera le soleil à se coucher autour de…  (bruit de tambour!) 19h!  Pourquoi pas de petites marches ensoleillées après le travail avec les enfants (si je réussis à en faire des adeptes, peut-être qu’avec leurs vélos j’aurai une chance!) ou sinon avec une bonne amie?  Juste d’y penser, je ressens déjà le baume du soleil sur mon coeur!  Et puis le temps doux nous inspirera peut-être à débuter hâtivement la saison des pique-niques…  ou des 5 à 7 au rosé sur la terrasse!
  • Le printemps rime aussi avec… sirop d’érable!  Pour la deuxième fois cette année, nous entaillerons certainement notre bel érable.  Nous avions réussi à récolter un peu d’eau sucrée l’an passé mais j’avais complètement raté la production de sirop.  J’espère bien me rattraper cette année pour ma première cuvée! Et puis si vous souhaitez prolonger la saison de la tire d’érable, le moment est actuellement bien choisi pour vous congeler quelques plats de neige.  Sourires des enfants garantis quand vous leur proposerez une petite tire sur neige dans quelques semaines… ou quelques mois!  Quelque part autour du rush de sucre apporté par le chocolat de Pâques!
  • Le printemps, c’est aussi la meilleure saison à mon avis pour le spa!  On n’a pas l’impression de perdre une belle journée où on pourrait être en train de bouger dehors (pas grand chose à faire dans la slush), mais on profite tout de même du temps doux et du soleil.  Je ne devrais pas avoir trop de difficulté à y traîner mon amoureux quelque part en mars ou en avril.  Nouveau Strom spa de Sherbrooke, nous voilà!
  • J’ai aussi dans ma mire le Festival du cinéma du monde de Sherbrooke qui aura lieu du 4 au 9 avril.  J’ai hâte de voir en mars la programmation qui nous attend et cibler ce qui m’y fait envie.  Je n’ai pas encore eu la chance d’y aller mais cela fait déjà quelques années que je m’y promets d’aller y faire un tour…
  • Et puis enfin, je me dis que le printemps est la saison idéale pour planifier les menus travaux de l’été.  Genre la construction de mes boîtes à jardin et à fleurs, la planification des légumes à y faire pousser (referai-je des semis cette année?)

C’est bon, je me suis auto-convaincue.  Le printemps est unique, comme les autres saisons.  Ne suffit que d’un peu plus d’efforts pour y voir les bons côtés!  Et vous, comment ensoleillerez-vous votre printemps?

L’éphémère hiver estrien

Bon je dis estrien mais je crois que bon nombre de montréalais et autres habitants du Sud du Québec s’y reconnaîtront bien.  La photo en est d’ailleurs une de Granby (merci Christine!) datant du 23 janvier 17 (et disons que ça ressemble drôlement à Sherbrooke!).  Permettez-moi une phrase de bon chialage québécois : « Maudit que l’hiver est poche par icitte! »  Voilà, c’est dit!

Une des choses que j’aime au Québec, c’est bien nos 4 belles saisons.  Chaque saison a sa couleur différente et nous amène différentes possibilités d’activités, si bien que je ressens toujours l’urgence de profiter de la saison qui passera si vite.  Sauf qu’avec l’hiver, je vis bien des déceptions.  J’ai hâte à l’hiver.  Hâte de faire du ski de fond, du patin, de la raquette.  Depuis 8 ans que je suis en Estrie, j’ai appris à profiter de la neige dès qu’elle est présente.  Wow, surprise, de la neige en décembre?  On en profite pour découvrir la base de plein air André Nadeau et permettre à notre grande de faire ses premiers pas en ski de fond.  Peu de neige mais du froid : on va patiner!  Bref, j’essaie de m’adapter à Dame Nature et ses caprices.  Mais quand le gazon est plus visible que la neige et que la pluie se met de la partie, je l’avoue, je déprime.  Déjà que cette saison des microbes nous a poussé plus d’une fois à repousser des activités de plein air…

Bref, je me suis résolue à me bâtir un plan B s’intitulant : « Comment bouger de façon satisfaisante en famille quand l’hiver se transforme en printemps bouetteux en plein janvier ».  Voici donc mes munitions sherbrookoises contre ma déception hivernale :

  • Aller patiner à l’aréna.  Ce qui a de merveilleux à Sherbrooke, c’est que c’est partout gratuit de patiner.  Les patinoires intérieures nous auront souvent permis de profiter de ce sport d’hiver avant que la saison arrivent officiellement.  Étant ouvertes dès la mi-septembre, et offrant une zone centrale réservée à l’apprentissage avec supports disponibles, pas de raison de se priver de cet agréable sport.  Et avec la nouvelle patinoire réfrigérée Bleu Blanc Bouge, on devrait pouvoir en faire souvent à l’extérieur malgré les aléas de la température.  Pour plus d’infos sur les différentes patinoires, leurs conditions et heures d’ouverture, c’est ici.
  • Aller découvrir le Complexe Familial Coopératif : S’il y a un endroit intérieur que j’ai bien hâte de découvrir avec ma petite famille, c’est bien celui-ci.  Jeu gonflable, glissade sur coussin d’air, escalade et plein d’autres jeux de plus petite envergure doublé d’un bon café de qualité, que demander de mieux?  Pour les 0-8 ans, ça semble l’endroit idéal pour une belle activité intérieure.  On y donnait même des cours parent-enfant de yoga à l’automne, lors de son ouverture.
  • Aller faire de l’escalade en famille : Même pas besoin d’être un expert pour y aller avec ses enfants.  Le Vertige offre un forfait qui permet à un ou des parents d’assurer ses enfants avec un grigri et la supervision d’un moniteur.  J’y suis allée avec ma fille de 6 ans cet automne et elle a adoré.  Je compte bien y retourner avec mon conjoint et nos 2 enfants histoire de permettre à mon fils de 3 ans d’essayer cette activité.  Hé oui, dès 3 ans, les enfants présentent de belles capacités pour grimper, l’apprentissage de la descente est souvent ce qui demande un peu plus de temps mais une fois que c’est acquis, les enfants adorent voler comme Spiderman au bout de leur corde!  Si vous assurez vous-même vos enfants avec votre équipement, cela ne vous coûtera que 11$ pour l’entrée ainsi que la location du harnais pour votre enfant, votre entrée étant gratuite lorsque vous ne faites qu’assurer.
  • Aller à la piscine et en profiter pour faire quelques longueurs ou du surplace dans le profond.  Personnellement, j’aime beaucoup la piscine Montcalm pour sa barboteuse de 60 cm de profondeur tout à côté d’une piscine plus profonde.  Les tout-petits et ceux qui apprennent à nager se sent souvent plus en confiance de pouvoir déposer leurs petits pieds au fond.  La piscine de l’Université de Sherbrooke, avec son fond qui remonte à 80 cm lors des bains libres familiaux peut aussi être intéressante, elle est seulement un peu plus loin de chez moi.  Et pour travailler le cardio des parents, on met une aide flottante au petit et on l’amène dans le profond pendant qu’on fait du surplace à ses côtés ou de la nage en le poussant.  Ou pendant qu’on les laisse au bons soins de leur papa dans la barboteuse!
  • Aller marcher.  Quand la neige n’est plus vraiment de la partie mais que les sentiers en forêt sont trop glacés ou boueux, quelles sont les options?  Aller marcher sur de l’asphalte ou des trottoirs de bois!  Dans mes options plus agréables que de marcher dans les rues de notre quartier : le marais de la rivière St-François – de la nature en pleine ville, le tour du lac des Nations – avec ses 2 parcs de jeux situées à chaque bout de sa boucle de 3 km, ainsi que la chasse aux lutins et autres détails à trouver sur 7 des 14 belles murales de Sherbrooke.
  • Mais ma meilleure solution : aller là où est la neige.  Que je suis contente d’être aller en Beauce visiter ma famille en janvier.  On a enfin pu participer à un carnaval digne de ce nom et même rencontrer « Bonhomme »!  J’ai aussi bien hâte d’aller au Saguenay à la relâche visiter des amis.  Neige et plaisirs d’hiver garantis!  Et Québec au mois de mars?  S’il y a encore de la neige, on sera des plus heureux (peut-être pas les gens de Québec mais nous, si! 😉 ).  Bref, se planifier des fins de semaine ailleurs au Québec en consultant météomédia pour les quantités de neige au sol.   Et pourquoi pas des vacances en Gaspésie en plein hiver?

Gare à toi hiver éphémère, je réussirai à m’amuser cet hiver même si tu ne me laisses pas la chance de réaliser toutes mes sorties préférées d’hiver en Estrie (les gratuites et les pas chères!)

Pour 2017, des résolutions? Non! Des micro-aventures de plein air? Oui!

Plutôt que de faire des résolutions, j’ai choisi cette année de faire la liste des petites et grandes activités de plein air que j’aimerais réaliser en 2017.  Voici donc mon top 12 des aventures à planifier pour les prochains mois, en souhaitant que ça puisse vous inspirer! Et même si ma passe gratuite pour les parcs Canada ne me servira pas pour l’Ouest Canadien, elle devrait me servir au moins pour 2 parcs situés au Québec, ceux de Forillon et de la Mauricie!  Alors voici, en ordre plus ou moins chronologique des saisons :

  • Faire du ski de fond avec ma grande à la base de plein air André-Nadeau  (si l’hiver sherbrookois peut nous offrir de la belle neige!)
  • Faire avec mon amoureux tous les sentiers de ski de fond du magnifique et peu connu centre des Quatre-Vallons à Ste-Catherine-de-Hatley.
  • Aller porter ma fille à l’école en vélo puis me rendre au travail avec le même moyen de transport, en laissant la girafe à l’école au besoin pour limiter le poids.  Le faire au moins une fois par semaine dès le mois de mai.
  • En familles, aller faire une petite rando dans les montagnes blanches, monter le mont Washington en auto et visiter le village du père Noël dans le New Hampshire.
  • Faire des randonnées de vélo en famille (dont Lennoxville-North Hatley pas fait l’an passé).
  • Aller monter le mont Pisgah en famille (au Vermont, à 1h15 de Sherbrooke) et terminer la journée à la plage.
  • Découvrir Herbes Orford et le nouveau spa Strom de Sherbrooke.
  • Prendre au moins 4 semaines de vacances cet été sinon 5 pour bien en profiter.
  • Faire du kayak double avec les enfants (sur la rivière Bonaventure, la rivière Magog?)
  • Faire un séjour de camping de 2 semaines au Québec avec les enfants.  J’ai déjà mon idée d’itinéraire : parc du Bic, parc des Chics Chocs (dont le mont Ernest-Laforce), l’ile et la rivière Bonaventure, le parc Forillon et retour par les Escoumins pour observer les baleines.  Et mieux m’équiper pour cette aventure (sleeping chaud et nouveau matelas gonflable pour mon garçon, BBQ de camping, abri-cuisine).
  • Aller faire du camping et du canot dans le parc de la Mauricie (en août SVP pour éviter les moustiques!)
  • Aller chez Citrouilles et Tournesols à la fin août, dans le temps des tournesols, pour observer leur jaune éclatant avec Orford en paysage de fond.

D’autres suggestions pour allonger ma liste?

Mes sorties préférées d’hiver en Estrie (les gratuites et les pas chères!)

L’hiver est arrivé tôt cette année et j’ai déjà l’impression d’avoir pu en profiter.  Les enfants ont déjà dévalés les pentes en traîneau à 3 reprises et on a même sorti les skis de fond et les raquettes.  Que de bonheur à profiter des sports d’hiver que nous permet ce beau manteau blanc.  Je vous livre aujourd’hui mes endroits préférés pour une sortie en plein air réussie en Estrie.

Les gratuites

  • Le marché de Noël de Sherbrooke : Depuis quelques années, à tous les mois de décembre, je traîne ma petite famille au marché de la gare.  Tout d’abord parce que voir le père Noël en plein air sans attendre en file ou presque, c’est beaucoup plus agréable que de faire la file pendant une demie-heure dans un centre d’achat bondé et bruyant pour se retrouver avec un petit qui n’a plus le goût d’aller s’asseoir sur le gros monsieur habillé en rouge finalement.  On en profite aussi pour écouter les histoires de l’excellent gnome conteur, pour faire le tour des petits kiosques (une belle découverte cette année : Herbes Orford, que j’ai bien l’intention d’aller visiter durant l’été).  Et pour quelques dollars, on peut s’offrir un tour de grand roue, histoire d’admirer du haut des airs notre beau lac des nations.
  • La glissade en tubes au parc Victoria : Avouons-le, les glissades en tube ont leur charme, et puis c’est beaucoup plus confortable que le traditionnel traîneau de plastique ou la « crazy carpet ».  Au parc Victoria, grâce à Loisirs Fleuri-Est et leur programmation, on peut glisser tous les dimanches après-midi du 15 janvier au 5 mars de même que les samedis 28 janvier et 18 février.  Une piste est façonnée et entretenue par des bénévoles qui gèrent aussi les départs des tubes.  Bien sûr, il vaut faudra remonter à pied (c’est gratuit quand même!) mais quoi de mieux pour entraîner son cardio!  Prenez toutefois la peine de vérifier la tenue de l’activité avant de vous y rendre, elle peut être annulée en cas de mauvaise météo ou surface de glisse trop dangereuse.
  • Les patinoires extérieures de Sherbrooke : Depuis que je suis installée à Sherbrooke, j’ai eu l’occasion d’explorer quelques-unes des patinoires extérieures des différents parcs de Sherbrooke.  Je vous présente ici mes préférées :
    • Le Domaine Howard : Des guirlandes de lumières, de la musique d’ambiance, un authentique étang gelé, le tout dans un magnifique parc parsemé de bâtiments anciens, que demander de mieux comme ambiance?
    • Les sentiers glacés du parc Gilles Charland : Je dois avouer que c’est jusqu’à maintenant ma préférée.  Des sentiers qui s’entrecroisent en forêt avec de très légères pentes qui nous amène à augmenter notre vitesse ou travailler notre cardio, tirer les petits en traîneaux au travers les arbres quand leurs petites jambes sont fatiguées : j’adore!
    • La nouvelle patinoire réfrigérée du parc Alfred-Élie-Dufresne : Je n’y suis pas encore allée (elle vient tout juste d’ouvrir je crois) mais l’idée d’une patinoire ouverte durant plusieurs mois et qui résiste aux variations de températures estriennes m’emballe.  Il faut dire que selon les hivers, les patinoires extérieures de Sherbrooke n’ont pas toujours une longue vie.

Les pas chères

  • La base de plein air André-Nadeau : J’ai découvert ce lieu parfait pour les familles en fin de semaine dernière.  Je cherchais une place où essayer le ski de fond sur de vraies pistes avec mes cocos et où louer l’équipement pour ma grande de 6 ans.  Hé bien pour moins cher qu’une entrée journalière de ski pour un adulte à Orford (désolée SÉPAQ), j’ai pu payer pour un accès pour toute la famille ainsi qu’une location d’une heure d’équipement pour ma grande de 6 ans.  De plus, les sentiers de ski et de raquette s’entrecoupent régulièrement ce qui permet de faire une sortie plus courte ou plus longue selon l’endurance des enfants.  Et puis, comme le ski de fond n’a pas duré très longtemps, on a terminé notre demie-journée par un peu de raquette pour les adultes, l’accès étant compris dans le prix (et les enfants assis dans le traîneau et reposant leurs jambes, bien sûr!).  La prochaine fois, on essaiera aussi la glissade en tubes!
  • Le ski de fond à Ste-Catherine-de-Hatley : Là aussi je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller faire un tour mais cette année, c’est décidé, je vais découvrir ces sentiers avec mon amoureux.  Depuis le temps que j’en entends parler!  Outre le magnifique panorama sur Orford et le refuge pour prendre une collation au chaud, ce qui m’attire c’est le prix qui serait sous les 5 dollars pour une journée selon mes sources.  Je vous en reparle d’ici la fin janvier, c’est promis!

Une nuit en refuge avec les cocos

L’idée

Partir dans la forêt, sac au dos, avec tout le nécessaire pour souper, passer la nuit et déjeuner.  Marcher dans un petit sentier sur un kilomètres ou deux jusqu’à enfin apercevoir notre refuge pour la nuit.  Vivre et dormir sans électricité, cuisiner sur un rond au butane, s’éclairer à la chandelle ou la frontale, devoir sortir à l’extérieur pour les pipis. Dormir dans un lit superposé avec son sac de couchage et les bruits de la forêt.  Je ne sais pas pour vous mais pour moi, l’idée d’aller vivre ça avec mes cocos, ça avait quelque chose de magique.  Instructif en même temps de voir ce que ça fait de ne pas avoir d’électricité, on comprend mieux alors ce que ça nous apporte au quotidien.  Ressourçant de quitter les jouets et la télévision pour se retrouver tout ce temps perdus en pleine nature.  Gratifiant le fait de transporter tout le nécessaire à sa survie.  On n’a tellement pas besoin de grand chose au fond.

Les préparatifs

C’est donc avec cette idée en tête que je me suis mise à chercher un refuge pour 5 (notre famille + mon filleul de 7 ans).  À ma grande surprise, j’ai facilement trouvé à Orford à un peu plus d’un mois de préavis.  Le Vieux Camp, un refuge pour 6 (fallait payer la place libre pour l’avoir exclusivement), à 1,2 km de l’accueil, c’était vraiment parfait pour nous.  Rendus à l’heure des bagages, on s’est mis en mode « simplifier ».  D’abord, pas de rond au butane ni de gamelle, on a décidé d’apporter des repas froids déjà prêts : sandwich pour le souper puis bagels et muffins pour le déjeuner.  Bonne décision puisqu’après avoir rempli nos 2 gros sacs avec les 5 sleepings, les 5 oreillers, tout l’eau nécessaire, nos vêtements et pyjamas (les enfants transportaient leur linge) ainsi que la nourriture, il ne restait plus vraiment de place.

L’expérience

Jour J, 15h, il fait 15°C pour un 19 novembre, la température est parfaite.  La dame nous recommande le sentier multifonctionnel mais on choisit plutôt le sentier en forêt.  Bon choix puisqu’avec les roches et les racines, mes enfants sont toujours plus motivés à marcher (faut croire que ça leur prend un petit défi!).  Les grands (6 et 7 ans) courent presque devant, le sac à dos ne les ralentit pas.  Mon petit (3 ans) a besoin d’un peu plus d’encouragement.  Il est habitué à alterner durant les randos entre la marche et mes épaules mais cette fois-ci, avec le sac à dos, mes épaules ne sont pas disponibles.  On trouve enfin le refuge, il commence à faire noir.  On s’y installe puis on soupe.  Il fait tellement beau qu’on se décide de manger le dessert devant un petit feu extérieur.  On danse sous les milliers d’étoile puis, même s’il n’est que 18h30, les petits se sentent prêts au dodo avec cette noirceur qui est si vite arrivée.  Mais bon, comme tout événement un peu excitant, ça placote durant une heure pour finalement s’endormir, confortable avec notre poele au propane nous tenant au chaud.  Le lendemain, la journée est pluvieuse et nous incite à repartir dès le déjeuner avalé et les bagages refaits.  Le retour est un peu plus difficile pour mon 3 ans (la fatigue, le sentier multifonctionnel?) mais on arrive tous à l’accueil et les parents se récompensent d’un bon café (pas de brûleur = pas de café au réveil, ouch! 😉 )

La conclusion

Ça a été une belle expérience avec les cocos, à refaire.  Avec les années, ils pourront marcher de plus en plus longtemps et aussi transporter de plus en plus de stock, ce qui changera graduellement le visage de nos expéditions!  Côté leçons de vie sur notre niveau de confort, l’électricité, etc…  Eh bien je crois que les enfants ne se sont mêmes pas rendus compte du côté rudimentaire de l’expérience.  Pour eux (du moins encore à leur âge), dormir dans un chalet de luxe ou un refuge sans eau ni électricité ne semble pas faire de différence.  Les 2 plus grands, cousin et cousine, se sont surtout bien amusés ensemble, avec leurs frontales et les quelques jeux apportés (jeux de carte et crayons-papier).  Le plus petit avait mis sans que je m’en rende compte des blocs de bois dans son sac (note à moi-même : toujours vérifier les sacs des enfants avant le départ!; je comprends maintenant pourquoi son sac me semblait si lourd!).  Il s’est amusé un peu avec ceux-ci mais je crois que ç’aurait été gagnant que j’amène une ou 2 petites autos.  Avec la noirceur et la pluie, le divertissement était un peu limité.  En passant, si vous décidez de jouer à la cachette dans un refuge, faites attention : il peut y avoir des trappes à souris cachées sous les lits!  Heureusement, personne ne s’est fait pincer!  Bref, si vous avez le goût de vous lancer dans cette aventure, n’hésitez pas.  Pas besoin de grand matériel spécialisé, des sleepings de base et de gros sacs à dos (empruntés à des amis au besoin) et vous êtes prêts pour l’aventure.  Le plus important selon moi : choisir une distance de marche adapté aux jambes de nos tout-petits.

Bonne expédition!

mod_3835

Mes coups de coeur des Sentiers de l’Estrie

Vous ai-je dit que moi et mon amoureux on aime beaucoup la rando?  On aime bien refaire des rando coup de coeur mais ce qu’on aime par-dessus tout, c’est découvrir de nouveaux sentiers.  On aime bien aussi la tranquillité, alors les sentiers très populaires où il faut presque faire la file pour se rendre au sommet, on a un peu tendance à les fuir.  Les Sentiers de l’Estrie sont donc parfaits pour nous, que ce soit en amoureux ou en petite famille.  On peut payer pour une entrée journalière ou pour une carte de membre annuelle sur leur site internet où il est aussi possible de se procurer les cartes des sentiers.  Voici donc, parmi ceux découverts dans les dernières années, nos sentiers coup de coeur :

En amoureux (7 km et plus)

  • Le mont Chagnon : C’est notre découverte de l’année 2016.  Tout près d’Orford, on n’a qu’à prendre la sortie 115 de l’autoroute 10 et bifurquer à gauche pour se stationner près du chemin North.   Il faut d’ailleurs remonter ce chemin à pied et suivre les indications; après quelques minutes, on entre dans la forêt.  C’est une belle montagne pour y aller mollo avec le cardio : que 350 m de dénivelé.  Mais ce qui la distingue, c’est ses multiples et magnifiques points de vue (au moins 7) dans toutes les directions (sur Orford, Owl’s Head, Jay Peak, Shefford, etc.).  D’ailleurs, sur la photo ci-haut, c’était un de mes points de vue préférés sur les montagnes des USA.  Côté longueur, vous pourrez choisir entre environ 7 ou 10 km selon que vous choisissez d’aller voir tous les points de vue ou seulement les principaux.   Et c’est super tranquille! Je le recommande!
  • Le mont Orford : Sans doute l’un des plus connus de l’Estrie et achalandé comme une autoroute à l’automne.  La plupart des gens connaissent la piste de ski « 4 km » qui est beaucoup utilisée pour se rendre rapidement et aisément au sommet en marchant (et même pour certains en courant!).  Mais est-ce que vous connaissez l’autre sentier pour s’y rendre?  Un vrai sentier étroit dans la forêt, bordé d’une belle cascade dans les premiers kilomètres.  On se stationne au même endroit que le mont précédent sauf qu’on prend à pied la 112 vers la droite puis on rentre en forêt peu après avoir traversé le chemin de fer.  La montée est un peu plus abrupte que le mont précédent.  Si on se rend au sommet d’Orford (petit bout dans les pistes de ski vers la fin), on en aura eu pour un beau 10 km avec en prime quelques points de vue. N’oubliez pas de payer votre accès au parc Orford (paiement autonome possible à l’entrée du sentier).
_mg_8210
Au lac Larouche

En famille (6 km et moins)

  • Le sentier de la grotte de l’ours : Ce sentier a plusieurs avantages à mes yeux.  Tout d’abord, il n’est qu’à 10 minutes de Sherbrooke (à Stoke), ce qui est pratique quand le temps disponible est restreint.  Et puis, le dénivelé n’est pas trop élevé (130 mètres) et la distance non plus (6,5 km) , ce qui en fait le sentier parfait pour la famille ou pour une une promenade en raquette en amoureux .  Enfin, le clou de la rando, plutôt qu’un traditionnel point de vue en haut de la montagne, est une petite grotte où il est possible de s’installer pour la collation.  L’espace d’un moment, on s’imagine être un homme/une femme des cavernes ou alors un ours qui a trouvé l’endroit idéal pour hiberner!
  • Le lac Larouche : L’attrait principal de cette randonnée se situe dans le premier kilomètre : une belle falaise parfaite pour les grimpeurs débutants.  Ceux qui randonnent plutôt que faire de l’escalade peuvent contourner la falaise par un petit sentier rocheux.  Quel bonheur pour les jeunes enfants de grimper à travers les roches!  En haut de la falaise, un beau point de vue sur le lac, parfait pour une petite collation.  Ensuite, on peut choisir de continuer sur un sentier au dénivelé relativement plat pour faire une boucle de 5 km ou redescendre par où on est arrivé pour une courte randonnée de 2 km.  Pour s’y rendre, on emprunte la 222 et on trouve le sentier peu après avoir contourné le lac Brompton.
  • Un sentier dans la ville de Sherbrooke!  Ce dernier sentier de ma liste pourrait vous sembler banal mais pour notre famille il ne l’est pas du tout.  Tout d’abord, il est à seulement 2 km de chez moi.  Un mini-tour d’auto ou une randonnée à vélo et hop, on est rendu!  Mon conjoint s’y rend même parfois à la course pour y prolonger son jogging en forêt et il est loin d’être le seul.  Ce sentier de 4 km, qui monte et redescend légèrement plusieurs fois, s’étire du marais de la Rivière St-François au chemin du Sanctuaire.  L’attrait principal, selon mes enfants, est le parc du Debonair qui se situe à mi-chemin.  C’est d’ailleurs là qu’on se stationne la plupart du temps.  On marche un peu plus d’un kilomètre vers la gauche, s’arrête à un point de vue pour un pique-nique ou une collation (1ere motivation) et revient au parc pour jouer dans les modules (2e motivation).  C’est littéralement le sentier qui aura entraîné nos tout-petits à la randonnée et on y retourne plusieurs fois chaque année parce qu’il est si pratique pour nous.

 

Enfin, la beauté avec les Sentiers de l’Estrie, c’est qu’avant de réussir à découvrir toutes les randonnées, j’en ai encore pour plusieurs années de nouveauté et ce, tout près de chez moi!  Merci à tous les bénévoles de rendre ces moments possibles!

img_5413-2
Le sentier dans la ville!  (et une prochaine fois, je vous parlerai de comment on se sent toujours dans la nature en pleine ville à Sherbrooke 🙂 )

Encore des sorties gratuites en Estrie

Il n’y  a pas grand chose qui me rend plus heureuse qu’une belle journée en plein air en famille.  Pour plusieurs heures consécutives, on oublie la routine et les tâches et on s’amuse en nature, on prend le temps d’être ensemble, de bouger et de rire.  On revient à la maison détendus, on se fabrique de beaux souvenirs.  Étant en Estrie depuis maintenant 7 ans, j’ai eu le temps de découvrir des endroits que j’affectionne et où je retourne année après année.  Je vous partage donc mes coups de coeur pour une journée en plein air gratuite en Estrie.

Le mont Pinacle et la plage du Lac Lyster (photo ci-haut), à Coaticook

  • Le Mont Pinacle est une superbe randonnée à faire avec des débutants.  Les premiers trois quarts du sentier sont pratiquement plats et assez larges pour marcher 2 personnes de front.  Le dernier quart qui monte vers la falaise est un peu plus rocheux, juste assez pour amuser les enfants.  Et on revient par le même sentier (bon vous avez le choix entre quelques sentiers mais ça c’est le plus facile).  Ma grande de 5 ans l’a réussi seule il  y a quelques semaines et ce, sans rouspéter (disons que c’est surtout ça l’exploit! 😉 ).  Mon coco de 2 ans et demie en a fait la moitié sur ses 2 pieds et l’autre dans mon « ergobaby ».  Mais le summum c’est qu’on arrive au sommet d’une falaise bien connue des grimpeurs avec tout en bas le lac Lyster.  C’est donc un magnifique point de vue pour un pique-nique qui demande toutefois une bonne surveillance avec les touts-petits.
  • S’il vous reste encore de l’énergie (ou si personne n’est dû pour une sieste), je vous conseiller de vous arrêter à la plage du Lac Lyster juste à côté.  Une belle plage avec vue sur le mont Pinacle, modules, tables à pique-nique et locations d’embarcations.  C’est d’ailleurs là qu’on a osé pour la première fois apporter nos petits gigoteux dans une embarcation nautique (un pédalo pour cette fois-là, j’avais d’ailleurs oublié à quel point ça n’avance pas vite), ce qui nous a donné le goût de récidiver (en canot svp cette fois-ci)

Le marais de la rivière aux cerises et la plage des cantons, à Magog

  • Pour une randonnée vraiment simple et sans dénivelé, vous pouvez aller marcher quelques kilomètres au marais aux cerises.  Le réseau de sentiers possède 2 entrées avec une partie sur ponts de bois et une autre en forêt.  Vous pouvez donc amener facilement la poussette (de préférence tout-terrain, surtout si vous allez en forêt) et admirer une belle vue sur le Mont Orford au cours de votre promenade.
  • La plage, encore la plage, c’est toujours gagnant avec les enfants!  Et celle des cantons à Magog est gratuite, comparativement à sa voisine du parc Orford tout près qui vous en coûterait 26$ pour un véhicule et 2 adultes (gratuit pour les enfants).  En plus, la vue sur le lac Memphrémagog et les montagnes qui l’entoure est superbe et il y a des modules de jeux et des tables à pique-nique, bref, tout pour agrémenter votre journée. Sur le lien ci-haut, on mentionne toutefois que le stationnement est payant, ce dont je n’avais pas souvenir.  Si c’est bien le cas, vous pouvez toujours vous stationner dans la rue Fisette tout près et emprunter la piste cyclable pour vous y rendre en quelques minutes et là, ce sera vraiment gratuit!

Rando à vélo, à North Hatley!

  • Maintenant qu’on a trouvé le « set-up » idéal pour les randos à vélos en famille (moi et ma grande de 5 ans sur son vélo-girafe et mon chum qui tire coco de 2 ans dans le charriot), on a le goût de se planifier une belle promenade.  Sur les quelques pistes cyclables autour de Sherbrooke, l’axe de la Massawippi est ma préférée.  Auparavant, lorsque les enfants ne pédalaient pas encore, nous avions l’habitude de nous stationner à Lennoxville au stationnement de la rue Massawippi pour se rendre à la plage de North Hatley et en revenir, ce qui nous faisait un peu plus de 25 km au total.  Nous verrons cette année si nous envisageons une randonnée aussi longue sinon, il y a quelques autres stationnements tout au long de l’axe ce qui permet de créer la randonnée de son choix.  Peu importe la longueur, c’est une belle piste cyclable plane, en poussière de roche et circulant en forêt en bordure de la rivière qui nous attend.
  • Comme halte intéressante, j’ai découvert récemment que les mines de Capelton offraient quelques activités gratuites (parce que la visite de la mine, elle, n’est pas donnée!).  J’ai donc bien l’intention d’y arrêter avec mes cocos pour profiter de l’aire de pique-nique pour la collation, des modules d’hébertisme pour se dégourdir ainsi que du petit musée et, si le temps ne manque pas, des sentiers!  Avec un vrai pique-nique sur le bord du lac Massawippi à mi-chemin (il y a même un bar laitier pas loin si il vous reste de la place pour un dessert!), je suis certaine que les enfants adoreront l’expédition!

Si vous avez d’autres coups de coeur gratuits (ou peu dispendieux), n’hésitez pas à me les partager.  Je trouve que c’est non négligeable dans un budget et que la qualité de l’expérience en est souvent équivalente à une journée plus dispendieuse.  Et comme ça, il reste plus d’argent pour planifier de vrais gros voyages! 😉

Mes sorties estivales et familiales gratuites pref à Sherbrooke

Avec l’été qui commence, j’aime bien faire notre liste #1 de « choses l’fun » à faire durant l’été.  Question de compléter la moins excitante liste #2 de travaux extérieurs pour l’été… Dans cette liste #1, j’ai un petit faible pour les activités toutes simples, tout près et gratuites.  Comme ça, on a l’impression de partir en mode découverte sans sacrifier toute la fin de semaine.  Et de plus, on ne sacrifie rien du budget.  Alors voici ma liste de « choses l’fun » à faire avec de jeunes enfants à Sherbrooke sans dépenser un sou.

Côté culture

  • Les Concerts de la Cité.  Ce sont des spectacles gratuits présentés tout l’été à Sherbrooke.  Personnellement, j’ai un faible pour les concerts à la brunante qui se déroulent tous les mercredis soirs et nous font découvrir la musique du monde.  Je viens d’ailleurs de voir que la programmation est sortie, yé!  Vite, mon calendrier, que j’aille y noter que Bears of Legend y seront le 6 juillet.  Ça me paraît un beau groupe à découvrir.  Et avec les enfants, j’aime bien les théâtres de rue qui se déroulent les vendredis midis.  De beaux spectacles professionnels alliant cirque et clownerie, je n’ai pas encore décidé lequel est mon favori!

Pour une belle petite randonnée

  • Le lac des Nations.  Cette promenade, qui est bien connue à Sherbrooke, permet de faire un trajet de 3,5 km à pied, à vélo ou en patins à roues alignées autour du lac tout près du centre-ville.  On peut se stationner au Marché de la gare et en profiter pour faire de petites emplettes (boucherie, saucissier, fromagerie, fruits et légumes bio ou pas, etc).  Je vous conseille d’ailleurs vivement le saucisson chorizo doux (j’en ai en tout temps dans mon frigo) et les fromages de l’abbaye St-Benoit du Lac (de toute façon si vous hésitez, le fromager se fera un plaisir de vous faire goûter).  Il y a aussi 2 parcs avec modules pour les enfants à chaque bout du lac, le parc Camirand, un peu en retrait du marché de la gare, et le parc Jacques-Cartier à l’autre bout.  De quoi motiver vos enfants à marcher.  Et s’il vous manquait encore une raison d’y aller, arrêter y prendre un gelato sur la belle terrasse du Savoroso.
  • La promenade de la gorge (c’est la photo ci-haut).  En fait, pour y aller, vous pouvez aussi partir du marché de la gare, débuter la promenade du lac des nations vers la droite et bifurquer assez rapidement sous le viaduc de « la King » pour suivre la rivière Magog.  Ensuite, après avoir passé une murale, vous vous retrouvez en pleine nature, entouré d’arbres et longeant la rivière.  Une belle promenade qui vous mène jusqu’à une petite installation hydroélectrique que vous pouvez visiter (mais c’est payant je crois) ou simplement vous y arrêter pour un pique-nique ou une collation sur l’une des tables de la terrasse.
  • Le Marais de la rivière St-François.  Une petite rando de +/- 2 km qui se déroule majoritairement sur de petits ponts de bois.  À chaque fois qu’on y va, on y observe d’intéressant animaux, que ce soit des canards, des libellules ou même une tortue.  Je vous le recommande peut-être moins dans le temps des moustiques (donc j’attendrai à juillet, voire août pour ma prochaine visite) mais sinon en toute saison c’est une belle sortie.

Pour mixer découverte animale et activité nautique

  • La maison de l’eau.  Tout d’abord, une petite exposition gratuite avec de vraies grenouilles, tortues, couleuvres et poissons.   Bien intéressant d’observer ces petites créatures tout en en apprenant sur leur compte.  Par la suite, pour rester dans le gratuit, vous pourriez jouer au parc adjacent, faire un pique-nique, une promenade en vélo sur la piste cyclable et même vous faire bronzer ou jouer dans le sable de la plage.  Vous pouvez aussi vous baigner, mais de ce que j’en ai entendu, la qualité de l’eau est plutôt variable.  Moi pour cette année, en déboursant un peu de sous, j’aimerais bien faire une petite promenade en canot avec les enfants sur le lac et, pourquoi pas, essayer seule le surf à pagaie pendant que papa surveille les enfants à la plage!

Dans le prochain billet, je vous donne mes coups de coeur gratuits ailleurs en Estrie. Quant à Sherbrooke, avez-vous encore d’autres endroits à me faire découvrir?